Face B                         lutte ombilicale entre physique et matière
Face à face                 fluxflopfaireflorèsflufflowfloculationfliphüfelahaffligeflflhh
Face L                         ventrée scripturale théorique ou pas

Recherche
Notre recherche artistique se penche sur le lien intrinsèque qui relie le son et le langage. Son et langage sont à la fois autonomes et indissociables. Le premier est plus facilement associé à une production physique alors que la parole, véhicule de la pensée, de sens, est considérée comme concept intellectuel abstrait. Or le vecteur reste le corps ; son et langage portés par la voix sont imprégnés de physicalité. Notre travail s’intéresse à leurs points de rencontre et de friction: le moment où le son prend forme langagière et où la parole se défait de son sens pour redevenir bruit, guttural et corporel. aufondemonombril#2 explore le concept de construction-déconstruction-reconstruction. Au travers d’un processus de superposition (son, mots, texte, texture), la construction initiale se fond en un magma dénué de son sens, se désagrège, se dissout l’un dans l’autre, se transforme : reconstruction. Le sens se nourrit du non-sens « profond » du corps qui ne peut être reconnu, ni défini sans le premier : cycle infini de dichotomies indissociables.

Déroulement / env. 2h15-2h45 / Léonore Easton LE - Boris Hoogeveen BH
LE et BH entrent dans l’espace et se positionnent, face à face, derrière les micros. Avec leurs voix et leurs corps, Ils composent une première pièce sonore avec l’aide de 3 loops désynchronisés. Cette opération aura lieu plusieurs fois tout au long de la performance (à deux ou seuls en alternance). Entre chaque création sonore, LE et BH se concentrent, dos à dos, sur leurs actions respectives : à mains nues, LE couvre son mur de phrases et de mots qui lui appartiennent (extrait de sa thèse). De son côté, BH frotte la surface de son ventre contre le panneau–tissu. A la fin de la performance, LE procède à l’extraction du fluff (amalgame de microparticules, poils et desquamations) qui gît au fond du nombril de BH. LE glisse le fluff entre les 2 plaques d’une diapositive. La projection du fluff (3 x 2 m.) est une réponse (effet miroir) au texte de LE, un arrêt sur images entre physicalité et langage. BH et LE quittent l’espace et la bande son subsiste. Le public déambule à sa guise dans l’espace.